Chronique – Une braise sous la cendre

DSC07297 (2)

Bonjour à tous !

Autant commencer par vous dire que quand j’ai pris ce livre de ma bibliothèque et que je me suis installée dans mon lit pour débuter ma lecture, j’avais l’impression de faire quelque chose de sacré. Je vous assure, tellement Audrey (@lunabookaddict) adore ce livre, j’avais le sentiment que quelque chose de mythique était en train de se passer. Bref, quand j’ai ouvert ce livre, j’imaginais que j’allais vivre un moment important. Et ce fut le cas.

TITRE : Une Braise Sous La Cendre

AUTEUR : Sabaa Tahir

EDITION : Pocket jeunesse

Résumé :

« Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment. »

Mon avis

Ce livre est une vraie perle, d’ailleurs cela lui a valu d’avoir la haute distinction « d’énorme coup de cœur ». Tout est réuni dans ce roman pour qu’il en devienne parfait : un univers bien construit, une intrigue qui nous tient tout du long, un récit avec deux points de vue pour doubler suspens et émotions mais aussi mystères et révélations, des personnages attachants et inspirants, une sincérité des mots et des pensées qui nous touche directement au cœur.

Avant de vous parler vraiment du livre, j’aimerais vous dire ce qu’il m’a fait, ce qu’il m’a donné en tant que personne. Certains ouvrages ont le don de vous bouleverser, de vous toucher comme aucun autre, de trouver une certaine résonance dans votre être. C’est ce que Une braise sous la cendre a eu comme effet sur moi. Outre le fait de m’avoir transporter dans un autre monde, il m’a procurer une force et une envie de me battre, de ne pas baisser les bras et de tout faire pour réussir ce que je veux entreprendre dans ma vie, dans la réalité.  Il m’a donné un nouveau souffle pour avancer et une nouvelle énergie pour continuer de croire en mes rêves et de ne pas abandonner mes valeurs. Et déjà rien que pour ça je l’ai énormément aimé. Je dirai même le contraire, c’est POUR ça qu’il a été un si grand coup de cœur.

Commençons par les personnages. Laia est une jeune érudite qui voit son monde s’effondrer lorsqu’une nuit, un raid est mené par chez elle. Cet événement va alors devenir l’élément déclencheur qui lui procure la force et l’envie d’agir. Elle a toujours eu en elle cet envie de changer les choses, de montrer son désaccord face au système mais sans pour autant le faire par faute de courage. Se sentant elle-même lâche, elle décide qu’elle arrivera à sauver son frère, peu importe le prix. Et Laia est loin d’être une lâche. Non, bien au contraire, elle est d’un extrême courage et d’une loyauté sans faille envers ses principes. C’est un personnage qui a beaucoup de valeur et dont l’évolution au fil des pages est impressionnante. C’est un véritable modèle. Oui, elle a peur, mais cette dernière la rend humaine, sincère, surtout qu’elle ne la laisse pas la paralyser, elle en fait sa force. Laia est certainement devenue mon héroïne préférée, elle m’a vraiment énormément inspirée et je suis désolée si je me répète. Elias Veturius. Si ce personnage n’est pas parfait, je ne vois pas ce qu’il peut être d’autre. Mask renommé, Elias aurait aimé ne jamais avoir eu ce titre. Ni de sa vie d’ailleurs. Les principes et les valeurs de la Commandante et des Martiaux en général n’adhèrent pas aux siens. Il veut se libérer de l’Empire, s’en aller de cette vie qu’il n’aime pas mais le destin en décide autrement. Alors un dur chemin commence pour lui : se battre pour ceux qui lui sont chers tout en essayant de ne pas devenir tout ce qui le répugne, continuer à vivre dans un milieu qui ne lui plait pas tout en devenant la personne qu’il souhaite être. Elias m’a énormément émue par la force de ses sentiments, de son courage mais aussi de ses valeurs et ses principes. Evidemment, quand ces deux personnages forts se rencontrent, on sent tout de suite que quelque chose se passe, leur rencontre et leur union risque de faire changer les choses. Je vais moins m’attarder sur les autres personnages car finalement j’aimerais parler de tous puisqu’ils sont nombreux et une majeure partie est vraiment importante à mes yeux mais aussi à l’histoire. Caïn, un Augure, m’a énormément plu, on ne sait quasiment rien sur lui ni même ce qu’il veut vraiment au bout du compte mais je sens qu’il est du bon côté. Du moins je l’espère. Cuisinière et Izzi sont aussi deux personnages féminins qui m’ont beaucoup plu, leur force de caractère est impressionnante et l’arrivée de Laia a été l’étincelle qui a mis le feu à leur envie d’agir. Hélène, c’est un personnage complexe de part l’amour qu’elle voue à Elias mais aussi par sa loyauté sans faille envers L’Empire. Je ne sais pas vraiment si je l’aime ou pas… Je crois que oui parce qu’au fond, je pense qu’elle n’est pas en accord parfait avec la situation actuelle. Dans tous les cas j’ai hâte de la retrouver dans la suite et d’en savoir plus sur elle. Je finirais avec la Commandante qui est un personnage horrible, d’une méchanceté froide et glaciale. J’aimerais savoir ce qui l’a fait devenir comme ça.

« La peur est bonne, Laia. Elle peut te maintenir en vie. Mais ne la laisse pas te contrôler. Ne la laisse pas semer le doute en toi. Lorsque la peur prend le dessus, combats-la avec plus puissant qu’elle : ton esprit. Ton cœur. »

Pour ce qui est de l’histoire, je dirais qu’il y a trois phases. L’histoire personnelle de Laia avec sa mission de sauvetage pour son frère, celle de Elias avec les Épreuves et son envie de liberté, et les deux qui se rejoignent avec tout le reste pour se pencher sur la question de l’Empire et son avenir. J’ai adoré le fait qu’il y ai le point de vue de Laia et Elias d’alterné, cela donnait un bon rythme au texte mais aussi des questions dont les réponses se trouvent dans le chapitre suivant, avec un point de vue différent. Et puis il est toujours intéressant de voir les deux versions d’un événement. Le combat que mène Laia est semé d’embûches, d’abord par les tâches et la dangerosité que représente la Commandante mais aussi du fait qu’elle ne sache pas vraiment à qui elle peut réellement faire confiance et se fier. Mais rien ne l’écartera de son objectif : sauver son frère. Elias lui, est en permanence dans le dilemme de trouver sa liberté tout en devant surmonter les Épreuves. Finalement il saura trouver l’un dans l’autre. Puis autour de ça, on voit la Commandante, les Augures, la Résistance, Le Semeur de nuit qui opèrent tous vers un seul but : l‘avenir de l’Empire mais certainement pas dans la même direction. Alors que tous semblent vouloir quelque chose de différent, pour leur peuple ou pour leur propre intérêt, Laia et Elias, aidés par plusieurs personnes, semblent se trouver pour défendre une même cause, pour se battre dans la même direction. Aussi, j’ai beaucoup aimé le côté fantastique de l’histoire, avec les goûles, les effrits, les djinns et j’ai très envie d’en savoir un peu plus sur ces créatures et tout ce monde dont les personnages eux-mêmes ne croyaient pas en l’existence.

« Laisse ta culpabilité être ce qui te fait avancer. Laisse-la te rappeler qui tu veux être. Définis une limite dans ton esprit et ne la franchis plus jamais. Tu as une âme. Elle est abîmée, mais elle est là. Ne les laisse pas te la voler, Elias. »

Ce livre, quand vous l’avez fini, vous en ressortez plus fort. Il vous dit d’aller de l’avant, de ne pas abandonner ses valeurs, de faire ce qui nous semble juste, de se battre pour ce que l’on veut, de ne pas succomber à la peur mais de la combattre de toutes nos forces. Si on veut changer les choses, alors il ne faut pas attendre que les autres le fassent, il faut se mettre debout, s’armer de courage et d’espoir, et agir ! Car nous sommes tous la braise sous la cendre de notre vie. En tout cas, c’est le message que m’a procuré ma lecture.

Pour finir je tiens à dire qu’évidemment j’ai plus que hâte de lire la suite et que je vous conseille ce livre plus que tout mais aussi je veux dire merci. Merci à Audrey. Car ma wishlist est longue, beaucoup de livres y sont inscrits et selon ce que l’on trouve en libraire ou les avis que l’on voit, on achète tel ou tel livre d’abord. Celui-ci me tentait dès sa parution, mais il a fallu que j’attende mon arrivée sur Bookstagram et donc la découverte du compte @lunabookaddict pour que je vois combien elle l’aimé et avec quelle force elle en parlait. Cela m’a convaincu de placer Une braise sous la cendre en haut de la liste. Et du coup merci, merci  à toi de m’avoir permis de faire cette belle découverte au moment où tout ce dont j’ai besoin c’est une dose de courage et d’espoir, une nouvelle envie de me battre. Alors merci infiniment.

Peut être que cette chronique est décousue, j’en suis consciente. Mais j’ai tellement aimé ce livre que j’aimerais vous parler de strictement tout son contenu. Je crois que je pourrais discuter des heures et des heures de cette histoire et du coup j’ai eu beaucoup de mal à écrire cette chronique, à choisir comment dire les choses et sur lesquelles. Car plus que des mots et un avis critique, ce roman est un sentiment, une émotion que l’on ressent pendant notre lecture et même une fois la dernière page tournée. Il faut le lire pour le comprendre et je vous le recommande.

Pleins de bisous ❤

 

Publicités

7 commentaires sur « Chronique – Une braise sous la cendre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s