Chronique – Le prince des ténèbres

DSC07573 (2)

Aujourd’hui, parlons livres, parlons bien, parlons TMI ! Et oui, nous nous retrouvons ici pour une chronique sur la dernière parution française de cet univers fabuleux des chasseurs d’ombres. J’adore tellement ce monde même si ce tome m’a fait du mal. Beaucoup de mal. Trop de mal. (OK, j’arrête le mélo, mais en même temps…)

TITRE : Le prince des ténèbres, The Mortals Instruments, Renaissance Tome 2

AUTEURE : Cassandra Clare

EDITION : Pocket Jeunesse

RÉSUMÉ :

Les sentiments d’Emma pour Julian, son parabataï, font obstacle à sa mission. Pourtant, la jeune Carstairs l’a appris à ses dépens : leur amour est interdit, et pire ! il pourrait les détruire tous les deux. La Chasseuse d’Ombres sait qu’elle devrait fuir… Pourtant, alors que l’étau se resserre dangereusement autour des Blackthorn, Emma ne peut se résoudre à les abandonner. Leur dernière chance est cachée entre les pages d’un grimoire aux terribles pouvoirs : le Livre Noir. Mais tous souhaitent s’en emparer. La guerre n’a jamais été aussi près d’éclater…

Mon avis

J’ai eu un coup de cœur pour ce deuxième tome de Renaissance. Vraiment, que ce soit les personnages, l’intrigue, l’écriture, j’adore absolument tout !

Ce roman est long mais on ne s’ennuie jamais, Cassandra Clare écrit vraiment très bien et sait mettre ses personnages en valeurs. On a un univers riche qui regroupe les personnages des autres séries de The Mortals Instruments (big hug Alec et Magnus) et c’est une des raisons aussi qui fait que j’aime autant ces nouveaux livres car je trouve hyper intéressant de relier toutes les histoires et tous les personnages, ça donne vraiment du poids et de l’ampleur à l’univers qu’elle a crée.

De plus, je trouve que cette autrice fait de très belles comparaisons, métaphores et autres figures de styles ce qui rend notre lecture très belle et à la limite du poétique par instant. Tout cela permet de rendre le texte très touchant. Car si il y a bien une gamme d’adjectifs qui illustre ce roman, c’est certainement : touchant, poignant, émouvant. La famille Blackthorn et Emma sont tellement proches, le lien qui les uni tous les uns aux autres est magnifique et d’une force assez rare.

Dans ce tome, plusieurs personnages sont plus poussés comme Kieran, Kit, Annabel, Diana et d’autres. De nouveaux liens se forment et de nouvelles amitiés se forgent. J’ai particulièrement aimé voir l’évolution de la relation entre Mark, Cristina et Kieran mais aussi Kit et Ty. Il y a un vrai suivi de chacun d’eux, on les voit grandir, changer, évoluer et ça fait vraiment plaisir de voir le soin apporté pour leur donner vie et une vraie prestance.

D’ailleurs, nous apprenons énormément de choses sur la majorité des protagonistes qui étaient moins mis en avant dans le premier tome, on entrevoit leur passé, leurs sentiments, leurs convictions. Ainsi plusieurs zones obscures se trouvent éclairées et permettent de comprendre certains aspects des problèmes que doivent surmonter nos héros.

« J’ai besoin de toi, je pense tout le temps, tout le temps à toi, j’avais tellement envie que tu me rejoignes dans ce fichu grenier et soudain je me suis retourné et tu étais là, comme si tu m’avais entendu, tu es toujours là quand j’ai besoin de toi… »

L’intrigue est vraiment complexe, il se passe tellement de choses en même temps. Un problème en cache un autre et ce qui semble être une solution en n’est parfois pas une. Il y a toujours quelque chose et Cassandra Clare joue vraiment avec nous. Nous sommes happés dans l’histoire, les émotions que l’on ressent sont palpables et par instant c’est une vraie torture de lire ces lignes car Cassandra Clare ne ménage pas ses personnages. Il y a aussi beaucoup de nouvelles informations sur des éléments faisant partie intégrante du Monde Obscur comme le Royaume des Fées, la Cour des Ténèbres, la Scholomance, les Centurions, la Paix Froide et on voit bien qu’il reste encore pas mal de choses à découvrir.

« Parce que au commencement de l’univers et de toute chose, il y le feu, les atomes, des fragments d’étoile. Tout vient de là, y compris les âmes, or je pense que les nôtres proviennent du même astre. C’est pour ça qu’on sera toujours attirés l’un par l’autre comme des aimants, tout au long de notre vie. C’était écrit. »

Comment faire une chronique de ce livre sans parler de Julian et Emma. Ces deux là sont des personnages tellement forts et attachants. Car malgré leur courage sans limite, leur force et leur détermination, ils ont chacun leur faille, leur faiblesse, leur sensibilité et cela les rend beaux. C’est le mot. Quand je les imagines prendre vie, je vois une aura de beauté tant leurs caractères et leurs personnalités sont frappantes. Leur relation évolue aussi et je suis tellement curieuse d’en apprendre plus mais j’ai peur aussi car cette auteure est imprévisible.

Les émotions sont omniprésentes pendant toute la lecture. Que ce soit par les gestes, les mots, on ressent tellement de choses de la part des personnages, c’est incroyable. Cassandra Clare prend notre cœur dans sa plume et elle en fait ce qu’elle veut. Nous n’avons plus aucun contrôle. J’ai vraiment été touchée et émue par le lien et l’amour présent entre les personnages.

« Les gens trouvent qu’on n’a pas de chance parce qu’on n’a pas de parents. Moi, je pense plutôt que ce sont eux les malchanceux, parce qu’ils n’ont pas de frère comme le mien. »

Pour ce qui est des événements en soit, je ne peux pas vraiment dire grand chose sans vous dévoiler certains éléments donc je préfère me contenter de dire qu’il y a beaucoup de retournements de situations, de nouvelles variables qui s’ajoutent à l’équation, des rebondissements et de l’action, du combat… Ce livre est tellement riche. La fin d’ailleurs est un chef d’oeuvre dans le sens où il se passe un millier de choses. De plus, il y a une certaine atmosphère de posée. On sent que quelque chose va arriver, qu’un problème va pointer le bout de son nez, que, en quelque sorte, une bombe va exploser et du coup on lit les dernières pages en apnée. On dévore les mots pour découvrir ce qu’il se passe même si on le redoute, et il ne suffit que de quelques phrases et Cassandra Clare fait tout basculer, on passe de l’espoir au désespoir, de l’excitation à abattement. Le pire c’est qu’on le sent venir mais rien ne prépare à ça. Et quand on lit les derniers mots, on n’en revient pas. Complètement anéanti, on est impuissant face à la tristesse qui accable nos personnages qui sur le moment nous paraissent plus réels que jamais.

Certes cette fin est vraiment horrible, elle ravage le lecteur, mais elle est en même temps majestueuse et belle malgré la cruauté. C’est une fin incroyable, et tenir jusqu’au tome suivant va être un vrai supplice.

Il faut à tout prix vous lancer dans l’aventure TMI et si vous hésitez à lire les Renaissance, foncez ! Je crois que ce sont les livres les plus poussées, les plus finis que Cassandra Clare ai fait sur les Chasseurs d’Ombres.

Bonne lecture,

Emilie ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s