Chronique – Un palais d’épines et de roses

DSC08197 (2)

J’ai l’impression que cette saga devient peu à peu un incontournable dans le genre que je lis. Je voyais des photos partout, le hashtag #acotar revenait souvent, les produits dérivés devenaient nombreux et diversifiés : j’ai donc finalement sauté le pas pour découvrir cet univers, et Oh.Mon.Dieu. Pourquoi j’ai attendu si longtemps ?

TITRE : Un palais d’épines et de roses

AUTEURE : Sarah J.Maas

EDITION : La Martinière J Fiction

RÉSUMÉ :

En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.

Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?

A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ?

Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

 Mon avis

Je vous préviens, ce livre a été un énorme coup de cœur. Dès les premières pages, j’ai totalement accroché. L’auteure a une plume que j’aime vraiment beaucoup : on ressent les choses très clairement et sa description est parfaite : complète mais sans être pesante. Le résultat : je n’ai eu aucun mal à imaginer les lieux décrits, les personnages… mon imagination a vite su mettre des images sur les mots.

Feyre, le personnage principal, est une héroïne parfaite. En effet, elle fait preuve de force et de courage même si elle a ses peurs et ses faiblesses. Mais elle ne se laisse jamais abattre et fait tout ce qui doit être fait pour survivre. Cependant, elle peut aussi être douce, attachante et sensible, dévouée à sa famille. C’est le parfait équilibre entre une héroïne trop mièvre et une personne trop détachée, badass mais sans cœur. Elle est pile au milieu de tout ça et j’ai beaucoup apprécié car on peut se retrouver en elle et en même temps vouloir lui ressembler un peu plus pour sa bravoure.

Ensuite il y a deux autres personnages qui sont très présents et que j’aime beaucoup aussi. D’abord Tamlin, celui qui enlève Feyre. Au premier abord, il a tout d’un méchant mais on se rend vite compte qu’il en est tout autre chose. C’est un garçon beau et fort, taquin mais sensible qui culpabilise beaucoup à propos de la condition des occupants de sa cour. Leur sort lui est important et ça la rend très attachant mais il ne faut pas oublier qu’il peut se montrer extrêmement féroce. Ce qui m’amène à Lucien, c’est l’ami de Tamlin, ils sont rarement l’un sans l’autre et j’aime beaucoup leur lien : ils sont très dévoués et loyaux l’un à l’autre. Le personnage de Lucien reste plus secondaire et au départ j’ai eu beaucoup de mal à le cerner : méchant, gentil, sincère ou pas ? Je ne savais pas dans quelle catégorie le mettre. Mais au final, je l’aime beaucoup. J’ai l’habitude de m’attacher aux personnages secondaires ou pas très important, mais avec Lucien il y a un petit quelque chose en plus. J’espère qu’il sera encore assez présent dans la suite.

Ensuite, je me dois de parler de cet univers de folie. Le royaume des Immortels est rempli de magie et la Cour du Printemps, telle que je l’imagine, est resplendissante. Les lacs, les fleurs, le palais, les jardins : toutes les descriptions de l’auteure m’emportaient vers de nouveaux horizons que je pouvais concevoir avec précision et j’avais vraiment le sentiment de voyager, de partir de mon lit et de plonger dans les pages du livre. C’est dur à expliquer mais Sarah J.Maas a une écriture qui me convient parfaitement, tout ce qu’il y a dans ce livre devient comme palpable : j’ai cette impression de réalité, c’est incroyable ! Cela faisait très longtemps que j’avais été autant prise dans un univers fantastique et punaise ! qu’est-ce que ça fait du bien !

Au fil du roman, on découvre de nouvelles facettes de ce royaume des Immortels, sur son organisation, les personnes qui le peuplent et le gouvernent, les jeux de pouvoir, les créatures maléfiques, sa magie… c’est un univers très riche et dans ce premier tome on en a déjà un grand aperçu ! Ce qui manque souvent dans la majorité des sagas selon moi.

Pour ce qui est de l’histoire, de la trame, je n’ai encore une fois rien à redire. J’adore. Pour la première partie du roman, on suit surtout Feyre que l’on voit évoluer dans ce nouveau monde et on l’accompagne à travers sa quête de vérité sur Tamlin et ce qu’il se passe à la Cour du Printemps. Le début est surtout centré sur l’évolution de la relation entre Feyre et Tamlin, l’acclimatation de cette dernière dans ces lieux et la découverte du Royaume des Immortels. Au milieu du roman, les événements prennent un nouveau tournant et les choses s’accélèrent. Les sentiments des personnages deviennent plus forts et plus clairs, et les mystères commencent à s’éclaircir petit à petit pour nous montrer tout l’enjeu de cette histoire. Et à partir de ce moment là, on ne peut plus poser le livre, on est obligé de le finir tant le suspens et la tension sont à leur comble. On se retrouve embarqué à la Cour de la Nuit et on fait finalement la connaissance de Rhysand, ce fameux personnage dont tous les lecteurs parlent. Cependant, on ne le voit que très peu dans ce tome, seulement à la fin et, pour être honnête, je le haïssais un peu. Mais vers la toute fin, il se laisse aller à quelques confidences avec Feyre et on se dit que finalement, il n’est peut être pas si mauvais que ça. Mais pour en savoir plus, il faudra lire le 2.

Je passe énormément de choses sous silence mais je ne veux pas vous en dire trop afin de vous préserver les surprises lors de votre lecture. Il faudrait que j’en parle avec quelqu’un ayant déjà lu ce livre. Mais je pourrais en parler pendant des heures (je suis sérieuse en plus), ressasser tout les événements, faire part des mes impressions sur tel ou tel événement, partager mes attentes, mes suppositions… Tout ça pour vous dire que j’ai adoré tout les aspects de cette histoire : les personnages, l’univers, l’écriture. Tout, tout. TOUT.

Quand j’ai refermé le livre, j’ai attendu un petit moment avant de continuer ma journée. J’ai passé quelques minutes à réfléchir à ce qui venait de se passer et j’avais vraiment envie d’avoir le 2 sous la main. Je voulais la suite mais en même non car j’avais peur de finir l’histoire trop vite et de quitter cet univers et cette sensation qui m’habite quand je le lis. Ça a vraiment été un énoooooorme coup de cœur. Les mots ont su frapper là où il fallait. Je ne peux évidemment que vous le conseiller et, pour moi, il ne reste plus qu’une chose à faire : acheter le tome 2 et en apprendre plus sur tout.

Oh, j’allais oublier. Ça ne fait même pas un mois que j’ai lu ce livre que j’ai déjà envie de le relire. Car je l’ai dévoré et là je voudrais le relire plus doucement : savourer les mots, prendre le temps de relever les phrases qui m’ont marquées… Un autre signe qui montre que je suis tombée raide dingue de ce livre.

Bonne lecture,

Emilie ❤

Publicités

2 commentaires sur « Chronique – Un palais d’épines et de roses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s